top of page

Retour sur le Colloque de l'AHSS :

Ce qui a attiré mon attention!

Nathalie Thibault │B.Sc, M. Sc, MCB.A



Dernièrement, j’ai eu la chance d’assister à la deuxième journée du colloque de l’AHSS (Association Hygiène et Salubrité en Santé). Cet événement annuel reprenait cette année après une longue pause de deux ans, vous devinez certainement pourquoi …


En tant que Directrice de la formation et microbiologiste chez ValkarTech, une firme d’experts-conseils spécialisée en hygiène et salubrité, j’avais le mandat de faire le tour des exposants pour prendre connaissance des nouveautés et évidemment demeurer au courant des dernières tendances.


D’entrée de jeu, je peux vous dire que j’ai grandement apprécié les sourires à profusion et l’organisation du colloque. C’était très agréable de voir d’anciens et d’actuels clients de ValkarTech, en chair et en os.


Tendance générale et conférences

Ce qui a le plus retenu mon attention, c’est la tendance vers la désinfection aux UVC. Durant sa conférence, Monsieur Marc Toupin, de Diversey, a d’ailleurs très bien expliqué le processus de désinfection par rayonnement ultraviolet. Bien qu’elle nous semble a priori dispendieuse, la désinfection UVC se taille une place dans les options de désinfection terminale. Préparez vos budgets en conséquence!


Une autre conférence très intéressante sur l’entretien des drains nous a hautement sensibilisés à une réalité qu’on oublie souvent en hygiène et salubrité: les microbes ne sont pas seuls, ils vivent en groupe, bien accrochés aux surfaces sous forme de biofilms. Ils vivent de façon organisée et peuvent s’échanger des informations génétiques dans nos drains.


Il s’agit d’une notion qu’on partage très souvent entre microbiologistes chez ValkarTech et sur laquelle nous nous appuyons pour modifier grandement les stratégies de nettoyage et de désinfection. Dans nos interventions, nous suggérons de considérer une chambre de patient comme un “écosystème de germes”. Actuellement, la stérilisation d’une chambre de patient n’est pas chose possible, il y reste inévitablement quelques irréductibles germes…

Produits et services

Quand je visite des salons, j’apprécie toujours recevoir plusieurs échantillons de Lalema, surtout les contrôleurs d’odeurs qui n’ont pas leur pareil et une bouteille de mon produit coup de cœur : le Solokleen®! Ce produit me fascine depuis que je l’ai découvert avant la pandémie. Il y a un je-ne-sais-quoi dans sa composition qui fait reluire la robinetterie en chrome mieux que n’importe lequel des produits que j’ai essayés jusqu’à maintenant. Il en ravive l’éclat. De plus, il porte fièrement son EcoLogo!


J’ai également eu la chance de discuter avec les gens de DBM Environnement, une entreprise familiale québécoise de cueillette, transport et traitement écologique des déchets biomédicaux. Avec leur appareil de traitement, ils réduisent considérablement le volume de ces déchets et dans un avenir qu’on espère proche, ils trouveront une façon de revaloriser les résidus! Impressionnant!


Rubbermaid m’a surprise avec un désinfectant à mains, Crackleclean. Un gel moussant qui offre une sensation surprenante de crépitement au contact de la peau. Idéal pour encourager les enfants à s’assainir les mains plus fréquemment.


Les gens d’InnuScience m’ont expliqué dans les détails leur solution d’entretien pour revêtements de sols souples en rouleaux; Re-Nu! Un investissement dispendieux qui mérite d’être traité aux petits oignons. Nous avons tous été témoins des mauvais traitements faits à ces nouveaux revêtements sans cirage…qui ont été cirés par erreur et par méconnaissance.


Ce qui a particulièrement attiré mon attention de formatrice c’est le produit Highlight de MedPro Defense (représenté au colloque par AMG Medical). Il fallait y penser! Mettre un colorant dans la lingette chlorée pour voir de nos yeux OÙ on applique le désinfectant.

Voir la désinfection en action, pour ne pas oublier un petit coin de nos surfaces à désinfecter, WOW ! D’ailleurs, sur leur site, il y a des vidéos et des articles scientifiques très intéressants à lire. Et bonne nouvelle, le représentant m’affirme qu’un colorant compatible avec les ammoniums quaternaires est en développement. Certains diront que c’est dispendieux d’intégrer tout ça, mais combien coûte une infection nosocomiale à un centre hospitalier? Aux dernières nouvelles, c’était encore dans les 15 000$ de coût supplémentaire par éclosion.


J’y vois non seulement un grand potentiel pour donner des formations (car l’image créée est marquante), mais également un potentiel pour les opérations de désinfection lors d'éclosions d’infections comme le C. difficile, ou lors de grande désinfection.


J’ai fait la rencontre de plusieurs professionnels de l’industrie qui m’ont présenté beaucoup d’autres produits et services innovants et très intéressants. Bref, une journée ce n’était définitivement pas assez.


Je tiens à remercier l’AHSS pour ce Colloque. On se revoit l’année prochaine sans faute, pour les deux journées cette fois!


Nathalie Thibault, microbiologiquement vôtre!


89 vues0 commentaire

Comments


bottom of page